A Regional Approach is Needed to Attract and Retain Newcomers

Grow the North Essor Nord Manjiwin Giwaydin

THUNDER BAY – The 11 Northern Ontario districts require a comprehensive, coordinated and inclusive newcomer attraction and retention strategy.

This is the key finding in the second commentary in Northern Policy Institute’s the Northern Attraction series, by author Christina Zefi, titled, “Identifying Northern Ontario’s Strengths and Weaknesses in the Attraction and Retention of Newcomers”.

The commentary highlights the challenges in attracting newcomers such as the lack of collaboration between governments and organizations, the greater focus on settlement efforts as opposed to recruitment, and a weak sense of community.

The paper also highlights the strengths of Northern Ontario from a newcomer perspective. Necessities such as food, shelter and clothing are, for example, more affordable here than in Southern Ontario. Newcomers have a higher percentage of their income free for other things. Recent immigrants in the North also have a higher labour participation rates than in other parts of the province.

Continuing to attract international students to Northern Ontario can also assist in the economic growth of northern communities. “Northern Ontario’s current international students are beneficial to Ontario because of the diversity they bring to education, research, campuses, and communities,” writes Zefi. “They can enhance the learning environment through varying perspectives, experiences, and languages.”

The paper notes that the process of attracting and retaining newcomers, which includes both immigrants and secondary migrants, is not the responsibility of a single entity, but rather multiple actors found in the community and in government such as Local Immigration Partnerships (LIPs), Settlement Agencies, Professions North/Nord, Réseau du Nord and more.

The commentary concludes with several recommendations to improve the attraction and retention process, some of which include:

  • Developing a regional approach to newcomer attraction and gathering greater support from communities
  • Targeting newcomers from specific countries and communities
  • Marketing Northern Ontario’s strengths, diversity and potential

Other commentaries in the Northern Attraction series will be published in the coming months. These commentaries will explore other immigration programs that could be implemented, and how our communities can attract newcomers.


Nécessité d’une approche régionale pour attirer et conserver de nouveaux arrivants

Thunder Bay – Il faut que les 11 districts du Nord ontarien se dotent d’une stratégie complète, coordonnée et inclusive, axée sur l’attraction et la rétention de nouveaux arrivants.

C’est la constatation importante d’une deuxième analyse dans la série Attractions du Nord, de l’Institut des politiques du Nord; l’auteure, Christina Zefi, l’a intitulée « Trouver les points forts et faibles du Nord ontarien lorsqu’il s’agit d’attirer et de conserver de nouveaux arrivants ».

Dans ce document sont soulignées les difficultés qui entourent l’attraction de nouveaux arrivants, tels le manque de collaboration entre les gouvernements et les organismes, l’insistance accrue sur les efforts de l’établissement par opposition à ceux du recrutement et le sentiment ténu d’appartenance à la collectivité.

L’auteure insiste aussi sur les points forts du Nord ontarien, du point de vue d’un nouvel arrivant. Des nécessités telles que l’alimentation, le logement et les vêtements, par exemple, sont offerts à des prix plus abordables ici que dans le Sud ontarien. Les nouveaux arrivants jouissent donc d’un revenu libre plus gros à dépenser pour d’autres choses. Les immigrants récents du Nord ontarien ont également des taux plus élevés de participation à la population active que ceux d’autres parties de la province.

Continuer d’attirer dans le Nord ontarien des étudiants internationaux peut aussi favoriser la croissance économique dans les collectivités du Nord : « Les étudiants internationaux existants du Nord ontarien y sont bénéfiques en raison de la diversité qu’ils apportent à l’éducation, à la recherche, aux campus et aux collectivités, écrit Zefi. Ils peuvent enrichir le milieu des études, à l’aide d’expériences, de langues et de points de vue différents. »

L’auteure fait remarquer que le processus pour attirer et conserver de nouveaux arrivants, ce qui englobe les immigrants et les migrants secondaires, ne relève pas de la responsabilité d’une seule entité, mais plutôt de multiples acteurs se trouvant dans la collectivité et au gouvernement, notamment les partenariats locaux de l’immigration (PLI), des organismes s’occupant de l’établissement, Professions North/Nord, Réseau du Nord, etc.

La conclusion comprend plusieurs recommandations pour améliorer le processus d’attraction et rétention, notamment ceci :

  • Concevoir une approche régionale pour attirer de nouveaux arrivants et pour obtenir davantage d’appuis de la part des collectivités.
  • Viser de nouveaux arrivants de pays et collectivités spécifiques.
  • Commercialiser les points forts, la diversité et le potentiel du Nord ontarien.

D’autres documents d’analyse de la série Attraction du Nord seront publiés au cours des prochains mois. Dans ces textes seront explorés d’autres programmes d’immigration et qui pourraient être réalisés, puis les manières par lesquelles nos collectivités peuvent attirer de nouveaux arrivants.

Lisez le document complet. « Trouver les points forts et faibles du Nord ontarien lorsqu’il s’agit d’attirer et de conserver de nouveaux arrivants », à https://www.northernpolicy.ca/attraitdunord2